Tourisme en République Démocratique du Congo, défis et perspectives.

Pour une économie congolaise diversifiée,  la question liée au tourisme est fondamentale. Les minerais ne sont pas éternels,  et leurs valeurs peuvent varier des temps à autres. Cela implique qu’une économie basée sur les matières premières ne saurait,  ni être stable,  ni être compétitive à l’échelle mondiale.  Ceci met en péril  tous les projets de développement des pays qui ont encore une telle économie.

C’est depuis des nombreuses années donc que les grands penseurs économistes du monde ont aspiré à une économie diversifiée,  c’est à dire,  une économie nationale qui ne serait pas uniquement basée sur les matières premières mais sur bien d’autres secteurs. Ce revirement a permi aux grandes puissances occidentales à découvrir une multitude des secteurs économiques,  parfois plus avantageux que le secteur minier,  de ces secteurs citons le tourisme.

Plus qu’une simple action de voyager, le tourisme est devenu pour beaucoup des pays développés,  un moyen d’attirer les opérateurs économiques,  les hommes d’affaires,  les chercheurs. Un moyen d’ouvrir des nombreuses régions au monde.

La République Démocratique du Congo,  elle, reste jusqu’aujourd’hui penchée vers le secteur minier. Avec une telle économie, difficile de faire face aux défis sociaux et de combattre l’extrême pauvreté.  La RDC, est pourtant un pays aux potentiels touristiques énormes,  des potentiels qui peuvent en faire l’une des plus grande destination pour les artistes,  les hommes d’affaires et les opérateurs économiques.  En plus d’attirer vers elle tous ces créateurs d’emplois,  le tourisme pourrait permettre à la République Démocratique du Congo de s’ouvrir au monde.

Malheureusement dans cette République Démocratique du Congo reste utopique face aux nombreux défis

qu’elle continue d’affronter sans aucune raison valable.

Des ces nombreux défis les tracasseries que connaissent les touristes le long des voyages, étrangers ou pas, à l’intérieur du pays.

En effet,  si nous prenons pour exemple,  le potentiel touristique qu’offre le majestueux Fleuve Congo, nous nous rendrons compte qu’attirer les touristes à visiter ses eaux,  attirerait également des grands investisseurs privés dans les régions périphériques. Malheureusement,  pour un voyageur qui souhaite explorer  ces fleuves des services d’immigration,  qui ne devraient pas exister à l’intérieur du pays s’imposent.

Affronter les défis que connaît encore le tourisme en République Démocratique du Congo,  est donc une solution pouvant réduire l’extrême pauvreté et pouvant ouvrir le pays aux investissements,  et cela ne repose que sur la volonté et les compétences des hommes politiques.

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked*