Goma : L’éruption du Volcan Nyiragongo cause un déplacement massif de la population

Il est minuit, heure de Goma, et les populations habitant le Nord de la ville continuent à migrer vers le sud sans assistance humanitaire depuis 19h.

Des mères enceintes et des nombreuses personnes gravement malades sont obligées de parcourir plus de 30Km à pied sans savoir où elles pourraient passer nuit.

” Une situation très lamentable, cette catastrophe aurait dû être prévenue par les autorités avant qu’elle n’ait lieu, mais en plus de cela les autorités locales restent inactives pendant que la population n’a même pas d’information fiable”, se plaint avec colère KAKULE, portant une femme invalide au dos, ne sachant pas si c’est réellement le volcan Nyiragongo ou le volcan Nyamulagira, et encore moins où se dirigent les laves.

En effet il aura fallut plus d’une heure d’incertitude à la population pour savoir si elle devait réellement évacuer vers la ville et savoir où elle devait se diriger. Pendant ce temps elle devait imiter l’évaluation lors de l’éruption de 2002 qui est pourtant différente de celle de ce samedi 22 mai.

Terrorisées par les événements déplorables de l’éruption récente de 2002, les populations ont dû parcourir plus de 30 Km à pied pour celles venant des quartiers périphériques et beaucoup plus pour celles habitant vers Munigi, une cité frontalière de Goma.

Le gouvernement local qui a déjà eu du mal à gérer la situation, n’a pas pu venir en aide aux populations. Une situation qui a écoeuré des nombreux habitants de la ville de Goma comme KAKULE.
La ville de Goma est pourtant dotée d’un observatoire des volcans, l’Observatoire Volcanologique de Goma ne serait plus en mesure de suivre de près les évolutions volcaniques et les catastrophes probables pour mieux les prévenir au regard de la situation dramatique que connait Goma ce soir.

Des mesures post-catastrophes ?

La question à se poser est actuellement celle de savoir si L’État congolais aura beaucoup plus de sens de responsabilité en prenant des mesures plus préventives pour cette ville après cette tragédie.
Avec une population très croissante et un développement très rapide, la ville de Goma souffre pourtant de l’absence des dispositifs et d’un plan d’évacuation de la population et du manque des matériels de prise en charge des personnes invalides. Une négligence qui conduit aujourd’hui à une importante crise humanitaire.

Cela a eu pour effet, par exemple, la disparition de nombreux enfants et un accident sur la route menant vers Sake ayant causé plusieurs morts. Sake est une cité vers la quelle la majorité de la population a migré, pendant que celle vivant au centre ville et les environs a migré vers Gisenyi, ville du Rwanda pays voisin.

A l’heure actuelle pendant que des tremblements de terre se font sentir, le déversement de la lave continue son chemin, les vaillants habitants de la ville continuent à aller chercher un lieu sur.

MBULA AMANI Nicolas.

Comments (1)

  • Reply Djino Lumumba T - May 24, 2021

    Nous avons besoin d’avoir des nouvelles concernant cette situation sans information vérifiée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked*