About Us

We are a research and travel agency with an aim to develop tourism and enable people from everywhere to discover the people and culture of the Great Lakes Region of Africa.

Our Facebook page

Covid 19 : La famille congolaise au centre des activités religieuses !

« Le premier dimanche de confinement je m’étais réveillé comme d’habitude pour le premier culte, c’est une fois en route vers Kintambo Magazin que je m’étais retrouvé. J’avais complètement oublié qu’il n’y avait plus Eglise » témoigne Luc Bua, chrétien habitant à Kinshasa en République Démocratique du Congo. Pas de culte le dimanche, un nouveau temps que les congolais doivent remplir par d’autres activités se libère. Une bonne occasion de se réveiller de la distraction que proposent les multiples Eglises qui ne sont jamais en pause en RDC.  

(Ph.) Christian Bitwaiki

Dans cette capitale Kinshasa, la famille est l’épicentre des activités religieuses. Pendant cette période de crise, plusieurs familles se sont organisées pour rester dans l’esprit de l’Église. Ornella Mumbela est chantre à l’église la Borne extension Parole du salut Barumbu. Dans sa famille, un culte est organisé chaque mardi et jeudi. « Dieu est partout mais à la maison, il faut pousser les gens pour venir participer au culte. Il y a trop de distraction, C’est vraiment difficile. Aussi on ne peut pas crier à la maison comme on le faisait à l’église au risque de déranger les voisins » temoigne-t-elle.

« Les cultes et activités religieuses sont restreints en famille »- Felix Tshisekedi Tshilombo/ 18 mars 2020.

Tout juste après l’interdiction de rassemblement de plus de 20 personnes par le chef de l’Etat congolais, plusieurs  dirigeants pastoraux avaient pris acte via des déclarations. Si quelques-uns ont invité leurs fidèles à suivre scrupuleusement les mesures prescrites par le gouvernement, d’autres ont hésité de se plier aux directives des autorités. Ils ont accueilli leurs fidèles pendant un moment avant que la police leur mette la main dessus.  Plusieurs pasteurs se sont retrouvés au cachot pendant quelques jours. Aujourd’hui, la tendance semble changée et la décision est acceptée à l’unanimité, même si pour certaines églises, ces activités partaient de paire avec le prélèvement de la dime et des offrandes. Certains pasteurs ont fait des campagnes sur les réseaux sociaux pour récolter les offrandes. Les églises ont également proposé de moment de prédication sur internet.

« À l’église nous prions Dieu avec un cœur assoiffé d’adoration et de louange, reste l’endroit providentiel pour les activités religieuses » insiste Ornella.

En République Démocratique du Congo où vivent plus de 90 millions d’habitants, 95 pourcents sont  chrétiens. Et parmi eux, 55.8 pourcent sont de l’église catholique romaine, 15.5 pourcents sont pentecôtistes, 12.4 pourcents protestants et moins de 5 pourcents chacun est soit kimbanguiste ou musulman. Les autres pratiques sont généralement les croyances religieuses autochtones traditionnelles, des groupes religieux comme les témoins de Jéhovah, l’église de Jésus-Christ des saints des Derniers jours et les chrétiens orthodoxes.

(Ph.) Christian Bitwaiki

A plus de 2 mille Kilomètres de Kinshasa, Goma où un jeune musulman regrette l’absence des prières d’ensemble. « Le corona a un impact très amer à nos habitudes religieuses car Dieu nous recommande de prier ensemble, non seulement pour l’adorer, mais aussi pour savoir l’état des uns et des autres après chaque prière » regrette Fazili Lifo qui dorénavant pratique seul les 5 prières. Ces dernières sont parfois perturbées par des visites inattendues avoue-t-il.

Par ailleurs certaines églises ont trouvé un moyen de rester en contact avec leurs fideles. C’est comme l’Église la Restauration des Eglises Pentecôtistes au Monde – Mont Sinaï qui a créé un  groupe de 15 qui prient ensemble. ‘’Nous faisons tout pour rester dans la logique  du respect des règles contre ce corona virus’’ a fait savoir Daniel Bisimwa, pasteur principal de cette Eglise qui se situe dans la commune de Karisimbi en ville de Goma.

Pendant ce temps, certaines personnes pensent qu’il est bon moment pour les congolais de repenser l’Eglise que certains qualifient de ‘’ vendeurs d’illusions’’.

(Ph.) Christian Bitwaiki

Parmi eux,  Fidèle Bafilemba, initiateur du mouvement Ubuntu, mouvement qui milite pour les Etats-Unis d’Afrique. « La décision du chef de l’état a été une aubaine. Je pense qu’elle vient mettre à nu le charlatanisme et la supercherie aveugle des religions », déclare ce panafricaniste engagé sans langue de bois.  «  La Covid 19, de manière générale, a montré que la religion n’a aucun impact sur la vie des gens. La malédiction des africains et surtout de congolais vient des églises qu’on appelle chrétiennes », renchérit Fidèle. Pour la réouverture des Eglises, ce panafricain ne se tranche pas.

« Si ça ne dépendait que de moi, ces églises ne valent à rien, elles nous apportent que malheur et acculture pour donner notre intelligence à des mythes qui n’ont jamais existé et qui n’existeront jamais pour les africains » martèle Bafilemba.

Cependant, les dirigeants de différentes confessions religieuses de la RDC, ont demandé au premier ministre, Sylvestre Ilunga, le 19 Mai passé un assouplissement des mesures prises en demandant la réouverture des lieux de culte, surtout dans les régions les moins touchées par le coronavirus.

 

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked*

    Translate »